Ce site Internet utilise des “cookies” internes et tiers pour pouvoir vous offrir un meilleur service. Naviguer sur notre site signifie accepter leur utilisation Plus d’informations x

Manel Esclusa

Une scène : La boîte de Pandore, ou un cabinet de merveilles 

Le metteur en scène polonais Krystian Lupa a l’habitude de poser un fil rouge sur l’ouverture de scène de ses mises en scène. À la place d’un fil, parfois il y pose un cadre, rouge aussi. Ces deux gestes sont une mise en garde pour le spectateur : ce qui se passe sur scène est plus réel et plus mordant que la vie dans le paterne, et si le spectateur ose traverser ce cadre, il doit en assumer les conséquences. Quand il sortira du théâtre, il sera quelqu’un d’autre. L’image que le photographe Manuel Esclusa a créée pour l’affiche de cette édition du festival Temporada Alta rassemble aussi ce qui fait d’une scène un lieu exceptionnel. Elle peut aussi bien être une boite de Pandore, et avoir l’effet d’un cataclysme dans la conscience du spectateur, ou elle peut être le cabinet des merveilles et amuser le public.

“L’image est uniquement constituée de points de lumière et du rayon de lumière” dit Manuel Esclusa. “J’ai pensé qu’elle été liée au monde du théâtre -ajoutant- qu’il y avait deux éléments importants dans la scénographie, qui sont l’éclairage comme il était initialement, à la bougie et à ras de terre, et plus tard l’éclairage en hauteur, avec de la lumière électrique. Les deux éclairent une scène où pour le moment aucun des protagonistes de la pièce n’est présent”.

Il est difficile d’expliquer autant de choses avec si peu d’éléments. Le sujet principal de l’image est un rayon de lumière, mais le spot qui le projette crée un espace dans lequel, pour le moment, on ne sait pas ce qui se passera. Et cette énigme est en même temps excitante et vertigineuse. “ Il s’agit du mystère proposé et de l’obscurité, qui existe parce qu’il y a de la lumière qui la fait exister, de la même façon que la lumière existe grâce à l’obscurité”, explique l’artiste.

“l’éclairage délimite un espace et est protagoniste, parce qu’il donne un caractère spécifique à la scène” souligne Esclusa, qui explique aussi que les lumières de l’affiche du festival Temporada Alta peuvent évoquer “le début, le milieu ou la partie finale d’un spectacle”.

Malgré le fait que l’image de Manel Esclusa pour le festival Temporada Alta est été prise à l’intérieur d’un théâtre, elle s’apparente de façon très directe à ses photographie nocturnes d’espaces urbains. “La photographie aussi est un équilibre continu entre la lumière et l’obscurité” conclut l’artiste.

L’image de Manel Esclusa peut aussi être vu comme le contrepoint de celle créée par Francesc Torres pour le festival en 2012, quand il a quasiment converti le mouvement d’un acrobate en une trainée de lumière. Le festival maintient une collaboration continue avec le monde de la photographie. En plus de Manel Esclusa et Francesc Torres, des œuvres ont été confiées à d’autres photographes : Toni Catany, Joan Fontcuberta et Josep Maria Oliveras.

Antoni Ribas

 

Manel Ensclusa

Manel Esclusa (Vic 1952) est considéré comme l’un des photographes catalans les plus célèbres de ces dernières décennies. Il est entré dans le monde de la photographie grâce au laboratoire de son père, alors qu’il était encore un enfant, avec qui il a travaillé dans le domaine de la photographie commerciale entre 1966 et 1972. En 1974 il obtint une Bourse d’étude pour la photographie de la Dotació d'Art Castellbach et assista aux Stages Internationaux de la Photographie d'Arles, en France, où il a eu comme professeurs des photographes du calibre d’Ansel Adams, Neal White, Arthur Trees, Ian Dieusaide, Denis Briat et Lucien Clergue. Peu après, il sera l’un des fondateurs du Groupe Alabern avec Rafael Navarro, Joan Fontcuberta et Pere Formiguera.


À la fin des années 70, Esclusa commença ses recherches dans des conditions de lumière nocturne et sur plusieurs aspects du manque de lumière, un thème qu’il continue de travailler aujourd’hui. Les résultats de ce processus d’expérimentation technique sont qu’il a réussi à matérialiser la lumière, créant des espaces au travers d'ombres et d’effets lumineux, qui construisent des environnements fantomatiques oniriques et poétiques.


C’est un artiste reconnu mondialement grâce à de nombreuses expositions, comme Aquariana, Gits, Ahucs, ou Naus, entre autres, dont la majorité d’entre elles eurent une résonance internationale. Actuellement vous pourrez trouver ses œuvres à La Bibliothèque Nationale, au Musée Réattu (France) et au Museu Nacional d'Art de Catalunya (Catalogne) ; mais aussi dans beaucoup d’autres musées et collections privées. Parallèlement à sa carrière d’artiste, Manel Esclusa a exercé comme professeur tout au long de sa vie, autant dans des ateliers que dans des écoles. 

Festival Bito en collaboration avec :
Commanditaires officiels:
Sponsors pour les médias:
Les médias officiels:
Parrainé par: